Contes et récits des héros de la Rome antique

11 04 2008

J’ai découvert il y a peu un petit livre intitulé « Contes et récits des héros de la Rome antique« .

Il se présente comme un conte pour enfants, au texte concis et aux illustrations naïves.
La table des matières liste 14 petites histoires retraçant des événements importants de l’épopée de Rome de sa fondation à sa chute.

Des récits faciles à lire relatant des tranches de vie de nombreux personnage : du simple légionnaire aux personnages mythique –Romulus et Remus -, en passant par de grands généraux – Hannibal, Scipion l’Africain, Jules césar – et des empereurs et des reines célèbres – Néron, Cléopatre – etc.

Bref, loin des soporifiques livre d’histoire de plusieurs tomes, le style léger et concis du livre vous fait découvrir ou redécouvrir l’histoire de la grande civilisation Romaine et de ses héros.

À lire sans attendre !

Auteur : Jean-Pierre Andrevon
Illustration : Emre Orhun
Editeur : Nathan

Publicités




Les Guerriers Bleus

2 04 2008

ver

Alexandre le Grand, alors en guerre contre les tribus du nord de la Grèce, reçoit des ambassadeurs celtes, venus de lointaines contrées que les Grecs nomment « barbare ».
Le grand Roi est intrigué par ces hommes à l’apparence farouche. Il leur demande alors ce qu’il redoute le plus au monde, espérant bien qu’ils répondent que c’est lui. Mais les Celtes lui rétorque que s’ils mettent au-dessus de tout l’amitié d’un homme tel que lui, ils ne craignent en fait qu’une seule chose : que le ciel ne leur tombe sur la tête !
Alexandre séduit, leur offre son amitié et conclut une alliance avec eux.

Ne connaissant aucune unité politique, la civilisation celtique est en réalité constituée d’une myriade de peuples aux cultures similaires se répandent des colonnes d’Hercule jusqu’aux rives du Danube. La présence celte est attestée sur les territoires actuels de l’Espagne, du Portugal, de la France, du Royaume-Uni, de la Suisse, du nord de l’Italie, de l’Autriche et une partie de l’Allemagne. Leur origine est très ancienne et se perd dans la nuit des temps, probablement issue des premiers peuplements européens par les hommes.

Les Celtes ne connaissaient pas l’écriture ou très peu. Quelques Celtes ont appris l’écriture grecque, notamment au contact de Massalia (Marseille). Mais, peu de textes rédigés par les Celtes nous sont parvenus. Les Celtes sont apparus dans l’Histoire au travers de textes postérieurs, rédigés principalement par leurs ennemis et en particulier par Jules César entre -58 et -52 dans son ouvrage « la guerre des gaules« .

Les « Barbares », comme les nommes les Grecs et les Romains, sont par conséquent en grande partie connu pour leur caractère belliqueux et leur réputation de féroce guerrier. Rome se méfie de ces dangereux voisins qui ont saccagé et pillé la ville à l’époque où la république était encore jeune. Les stratèges romains font dresser des cartes de ces terra incognita. Ils découperont l’Europe celtique et plusieurs territoires : la péninsule Ibérique, la Gaule, la Belgique, la Britanie, la Germanie, etc..

En -58, Jules César est gouverneur de la Gaule cisalpine ( nord de l’Italie) et transalpine (sud-est de la France). À la tête de 4 légions, il intervient dans un conflit qui oppose plusieurs tribus gauloises. C’est le début de la guerre des gaules qui poussera progressivement les Romains à soumettre l’ensemble des nations celtiques.

Les légions doivent affronter de puissants guerriers à l’apparence terrifiante. Les Celtes sont, du point de vue des Romains, de vrais colosses. Ils portent les cheveux et une barbe longue, combattent nus ou quasiment nus et se recouvrent le corps de peinture de guerre bleue. Ils utilisent également de puissantes trompettes au son discordant dans le but d’effrayer leurs ennemies.
Les guerriers affectionnent particulièrement le combat à cheval ou aux rennes d’un char de guerre. Du fait de leur grande maitrise des métaux, ils emploient de puissantes armes, notamment de grandes épées à deux mains.

Toutefois, les Celtes sont des guerriers rebelles et insoumis. Leur esprit belliqueux qui effraie tant leurs ennemis finira par causer leurs pertes. Les légions n’affrontent pas une armée, mais un groupe de guerriers se battant chacun pour sa gloire personnelle. Malgré leur supériorité numérique et leur valeur au combat, les Celtes seront défaits par les stratèges romains et leurs armées de professionnels disciplinés. Vercingétorix, le célèbre chef gaulois de la tribu des Arvernes, tentera de fédérer les nations de gaules afin de chasser l’envahisseur. Il sera tout de même vaincu à Alésia en -52, puis exécuté à Rome lors du triomphe de César.

Finalement, les Gaulois et leurs cousins celtes seront contrait d’accepter la Pax Romana et de déposer les armes. Mais leur expérience guerrière ne sera pas perdue. Les Romains les recruteront en masse dans les légions, particulièrement comme auxiliaire de cavalerie. Les nouveaux maitres de l’Europe profiteront également du savoir exceptionnel de leurs anciens ennemis dans la forge des métaux. C’est ainsi que la cotte de maille par exemple sera intégrée aux équipements des soldats et connaitra un franc succès même au-delà de Rome et jusqu’à la fin du moyen âge.

De façon générale, Rome n’a jamais complètement « romanisé » le monde celtique. La culture et les traditions ont perduré à travers les âges jusqu’aujourd’hui. Loin de l’image du barbare sanguinaire qu’ont voulu leur prêter leurs ennemis, les Celtes ont fait preuves d’une culture riche et d’un artisanat exceptionnel, notamment dans le travail d’orfèvrerie.

Il est communément admis que la civilisation européenne est basée sur la culture latine et grecque, mais il me semble plus juste d’ajouter la culture celtique comme troisième support à notre héritage.